Gaz et bandanas

Manifestations étudiantes à Santiago – 23 mars 2013

DSC_0182

Longues journées au journal cette semaine. Aujourd’hui j’ai une matinée de repos, j’en profite donc pour régler quelques affaires personnelles, notamment me faire rembourser mes billets de bus à la station centrale de Santiago.

C’est donc en prenant mon temps que je me rends au guichet, flânant devant les  boutiques de la gare. Une fois mes billets remboursés, je me dirige de nouveau nonchalamment vers l’entrée, prête à rentrer chez moi pour profiter de la fin de la matinée.

Mais c’est la que le boulot revient au galop. Enfin, plus concrètement, un troupeau d’étudiants. A peine arrivée aux gigantesques grilles de l’entrée de la Estacion Central, tous les passants sortant de la gare rebroussent chemin. Certains toussent, d’autres ont des larmes plein les yeux mais tous cachent leurs visages derrière leur bras ou un bout de vêtement.

Le début des manifestations étudiantes était prévu pour aujourd’hui, et bien il me semble que j’arrive en plein dedans. Les carabiniers sont probablement dans le coin. Au revoir matinée de repos, bonjour l’appareil photo. Je l’avais fourré dans mon sac avant de partir, juste au cas ou.

Je m’avance vers la sortie, mon pull noué derrière la tête. Les regards de tous les étudiants sont braqués vers la route mais d’où je suis, je ne vois pas l’ombre d’un carabinier. Les étudiants ont tous l’air de lions en cage, tournant en rond en attendant que leur proie soit accessible et le moment idéal pour attaquer. Certains restent immobiles, répartis en petits groupes. Aucun cri, aucune surexcitation. Les étudiants ont l’air d’être là pour accomplir avec sang froid une tâche à laquelle ils sont habitués .

Clic, clic, clic … J’avance à contre-courant de la foule, l’œil fixé sur l’objectif et le doigt surexcité sur le déclencheur. Certains étudiants portent des masques à gaz mais la plupart se contentent d’un simple bandana noué en triangle sous les yeux.

Soudain, la foule s’épaissit et c’est une marée humaine qui me fonce dessus. Je reste figée au milieu de l’affolement, décidée à immortaliser comme je peux l’événement.

Au bout d’une courte minute pourtant, je réalise que mes yeux peinent à rester ouverts. J’ai les larmes qui me coulent sur les joues et la gorge qui brûle. Je ne vois plus rien. J’appuie une dernière fois sur le déclencheur et fait demi-tour, suivant la foule qui se précipite vers la bouche de métro.

Le gaz s’est infiltré jusque dans le souterrain. Les voyageurs sortant du train se mettent eux aussi à tousser. Personne n’a pourtant l’air surpris, même pas cette femme âgée qui remet ses lunettes de soleil sur son nez et remonte son châle. De mon côté je me prends une vilaine quinte de toux. Le début de rhume et les gaz lacrymogènes ne font définitivement pas bon ménage.

Des étudiants sortent des demi citrons de leurs poches et mordent dedans. Beaucoup en fournissent aux quelques passants qui ne peuvent s’arrêter de pleurer. Des étudiantes m’expliquent que le citron et le sel aident à supporter les gaz. Et sinon, la téquila aussi?

Je finis par sauter dans un métro où je respire enfin normalement après la fermeture des portes. Je crois que je suis un peu choquée par ce que je viens de voir. Les manifestations étudiantes de Santiago sont réputées pour être violentes mais je crois que je n’y avais pas vraiment pensé concrètement jusqu’à aujourd’hui. Ma collègue m’avait prévenue, « ton regard sur les carabiniers changera, attends que les manifs recommencent. »

Voilà qui est fait.

L’année scolaire vient de commencer au Chili et les protestations vont aller en s’intensifiant. Je crois que je vais faire le plein de citrons jaunes et de petits sachets de sel. Ça serait dommage de passer un côté d’un tel sujet pour des raisons techniques.

Publicités

Une réponse à “Gaz et bandanas

  1. :) Et bien dit donc, Euh si nous n avons plus du tout de news au bout de combien de temps devra t-ont envoyer des oranges??? :)
    Sois prudente!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s