Etoiles d’Eau et Neige Estivale

Cajón del Maipo – 6 jan. 2013

Termas del Plomo

Après plus d’une heure de route, un plein d’essence et des empanadas* grignotés sur le bord du chemin, la plus grande chaîne de montagnes du monde se révèle enfin sous nos yeux. Les miens piquent. Mes lunettes de soleil n’ont pas suffit a braver la poussière qui se soulève en un nuage ocre à chaque crissement de pneu. Mais peu importe, elles sont là. Majestueuses, les Andes se dressent à l’enfilade devant nous, dominant le paysage avec une force presque intimidante. En haut, les sommets sont taillés grossièrement, comme si des morceaux s’étaient détachés par eux-mêmes, dotant la roche de bords tranchants.

Pas le temps de s’attarder, le pick-up continue sa progression le long de la cordillère, tremblant de toute sa carcasse. Dans le coffre, poils au vent, les quatre chiennes restent patientes malgré les secousses. Contrairement à moi, elles semblent connaître la suite des événements. Quelques virages plus tard et à 3,000 mètres d’altitude, le barrage de Yeso nous attend.

Principale source d’eau potable de Santiago, cette étendue d’eau turquoise semble être  arrivée ici par magie plutôt que par la main de l’homme. La beauté du lieu est à couper le souffle. Le soleil ardent, alors qu’il illumine le lac, créant à sa surface des étoiles par milliers, ternit la masse montagneuse qui l’entoure. Sous ses rayons, les Andes perdent leur contraste et s’effacent sous des tons rosés et marrons. On dirait une ancienne carte postale, vieillie par le temps. L’opposition donne au paysage un côté irréel, presque artificiel. Comme un vieux film en noir et blanc que l’on aurait vulgairement colorisé trente ans plus tard.

On arrête le pick-up, les chiennes sont autorisées à descendre. Elles n’attendaient que ça. Fouler les bords du lac, se rouler dans la boue et se pourchasser les unes les autres en aboyant gaiement.
A une quinzaine de kilomètres de là se trouve la destination finale de notre escapade, dernière belle surprise de la journée. Retranchées à la frontière argentine, les sources chaudes del Plomo sont très fréquentées l’été, et pour cause. Plonger dans une eau à 40 degrés entourée de neiges éternelles ne se fait pas partout. Mais au Cajón del Maipo, sí po !
Ce n’est qu’au retour que je remarque les panneaux. « Attention, entrée dans une zone volcanique », « Emprunter ce chemin en cas d’évacuation ». Il ne vaudrait mieux pas que l’un des 500 volcans chiliens géologiquement actif se réveille, car chemin d’évacuation ou pas, j’ai le sentiment qu’au milieu de la zone la plus sismique au monde, on irait pas bien loin…

La route du retour est plus agréable. Nous sommes les derniers à quitter les lieux, profitant de l’espace à nous seuls. Le soleil commence à se coucher et la température à baisser. Dans la voiture, seule se fait entendre le son de la radio. Chacun se nourrit en silence des dernières images qui défilent sous nos yeux. Bercée par la voiture, je ferme les miens. Derrière mes paupières, les chiennes courent encore, devant la légendaire masse montagneuse.

Empanada* : Spécialité chilienne – Chausson généralement fourré à la viande, aux crevettes ou au fromage.

mapa_cajon_del_maipo

Voir la galerie photo ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s